You are here: Home » Non classé » L’appareil auditif invisible, ça existe !

L’appareil auditif invisible, ça existe !

Grâce au développement technologique, de nouveaux appareils plus performants apparaissent chaque année sur le marché, que ce soit dans le domaine de l’informatique, de la médecine ou de l’industrie. Actuellement, les appareils auditifs invisibles sont déjà disponibles sur le marché. Les fabricants de ces appareils ont fait d’énorme progrès pour les rendre pratiquement invisibles. L’objectif de l’appareil invisible auditif est d’accroître les ventes en incitant plus de patients réticents à le porter, à s’appareiller. Voici un petit résumé de tout ce qui concerne l’appareil auditif invisible.

Comment fonctionne l’appareil ?

L’appareil auditif invisible est doté d’une petite oreillette installée à l’intérieur de l’oreille. Cette oreillette est fabriquée sur mesure, d’après l’empreinte de l’oreille du patient, qui a été prise par le spécialiste. L’appareil auditif dit intra-auriculaire est discret, léger et esthétique, confirme la Maison de l’Appareil auditif. Avec cet appareil invisible, on peut utiliser le téléphone normalement mais il est plus pratique pour les personnes aux cheveux courts. Toutefois, l’appareil ne se manipule pas facilement et doit être bien entretenu et régulièrement à cause de sa fragilité.

Appareil auditif intra-auriculaire : pour qui ?

Selon les audioprothésistes, l’appareil auditif invisible est dédié aux pertes auditives moyennes. Donc, il n’est pas adapté à un malentendant léger souffrant par exemple de la presbyacousie, car il peut obstruer l’oreille et empêcher l’audition naturelle. Il ne convient pas non plus aux patients ayant une perte d’audition importante, car il risque d’entraîner un larsen, c’est-à-dire un sifflement gênant. Les personnes ayant un étroit conduit auriculaire ou ayant des sécrétions abondantes de cérumen ne peuvent pas non plus utiliser cet appareil auditif intra-auriculaire. Enfin, les personnes portant un appareil auditif invisible doivent faire des concessions dans leur vie quotidienne. Elles ne peuvent, par exemple, nager et doivent faire attention lors de la douche pour ne pas endommager l’appareil.

Entretenir son appareil auditif intra-auriculaire

Sensible à l’humidité et au cérumen, ce type d’appareil doit être nettoyé quotidiennement. Pour l’essuyer, utilisez toujours un tissu doux, sec et bien propre. Nettoyez ensuite l’appareil avec une brosse spéciale. Pour sécher l’appareil, il est possible d’utiliser une poire aspirante ou l’hydrason.

L’appareil est-il remboursé ?

La caisse d’assurance maladie prend en charge tous les modèles d’appareils auditifs enregistrés dans la liste des produits et prestations. Mais attention, pour prétendre à un remboursement, la prescription médicale faite par un médecin ORL (un audioprothésiste) est essentielle. Quant au montant du remboursement, la sécurité sociale ne prend en charge qu’une partie de l’ensemble des soins et des prestations liés à la prothèse auditive (coût de l’appareil, séances d’étude et d’adaptation, suivi prothétique, etc.). Pour les moins de 20 ans, le remboursement est compris entre 900 et 1.400 euros. Le taux de remboursement varie selon la catégorie de l’appareil. Pour les plus de 20 ans, le remboursement est moins élevé. Il n’est que de 119,83 euros par oreille et par an. Du côté des mutuelles de santé, le remboursement tourne autour de 600 euros.

Comment financer l’achat d’un appareil auditif ?

Le prix des appareils auditifs, surtout les plus discrets, est élevé. Le remboursement accordé par la sécurité sociale de son côté reste faible. Or, les séniors, qui sont les plus touchés par la déficience auditive, n’ont pas toujours la possibilité de s’offrir de tels appareils. Il existe quand même des organismes auxquels ils peuvent demander des aides. Ils peuvent notamment demander une prestation extra légale ou PEL auprès des caisses primaires. Ils peuvent aussi s’adresser à leurs caisses de retraite. Certaines d’entre elles peuvent en effet proposer des aides à leurs allocataires. Outre ces deux pistes de financement, il y a aussi le Fonds de compensation de l’Etat et des départements.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *